influenza aviaire, zone de contrôle temporaire levée

Date : 13-04-2017

La préfecture nous informe que la zone de contrôle temporaire mise en place dans le nord du Tarn et faisant suite à la levée de la zone de surveillance est levée.
Le risque demeure toutefois élevé sur l'ensemble du territoire.
Les mesures renforcées de biosécurité prévues à l’article 7 de l’AM du 8/2/2016 s’appliquent donc toujours. Il s’agit :
- de la claustration des volailles et autres oiseaux captifs ou leur protection par filet ;
- la réduction des parcours de sorte que soit évitée la proximité des points d’eau naturel, cours d’eau ou mares.

Des dérogations aux mesures de claustration sont possibles pour les détenteurs commerciaux qui ne seraient pas en mesure de se mettre en conformité pour des raisons de bien-être animal, de technique d’élevage ou des contraintes liées à un cahier des charges répondant à un signe officiel de qualité. La dérogation peut être accordée par la DDCSPP sur la base de l’examen
des raisons qui la motivent et du compte-rendu d’une visite vétérinaire sur l’application des mesures de biosécurité dans l’élevage.
La claustration demeure néanmoins la disposition la plus sécuritaire vis à vis des oiseaux sauvages.
Une résolution de l’INAO doit permettre dans le contexte actuel le maintien des signes de qualité malgré la claustration.
Ces dispositions sont applicables aux élevages de gibiers à plumes.
Il n’y a pas de dérogation possible pour les éleveurs non commerciaux. Les oiseaux doivent être systématiquement confinés ou protégés par des filets.
Par ailleurs les rassemblements demeurent interdits. Des dérogations sont prévues notamment pour les oiseaux réputés vivre en volière.
Tout détenteur de volailles a des obligations en termes d’application de mesures de biosécurité pour la prévention du risque d’influenza aviaire ;  tous les éleveurs doivent avoir mis en place un plan de biosécurité, conformément à l’arrêté du 8 février 2016 applicable depuis le 1er juillet 2016.
Enfin, en tout temps des mesures destinées à éviter les contacts avec la faune sauvage, notamment aux points d’alimentation et d’abreuvement doivent être prises.

L'arrêté Préfectoral