Gare SNCF : la menace de fermeture se précise

Date : 06-03-2018

Avant que ne soit signée la nouvelle convention régionale TER entre le Conseil régional et la SNCF, qui déterminera l’offre ferroviaire en Occitanie (et notamment le niveau de service dans les gares), les cheminots Tarnais et leur syndicat CGT ont appelé les élus et usagers à un rassemblement, le 6 mars en gare d’Albi-Madeleine. Autour de Pascale Puibasset, adjointe au maire, une délégation d’élus de la ville de Lisle-sur-Tarn et de membres de l’Association Lisloise de Défense des Usagers du Rail étaient présents pour s’opposer, une fois encore à la fermeture de la gare de Lisle-sur-Tarn. En effet, selon les cheminots Tarnais et leur syndicat CGT, plusieurs gares du département seraient touchées par des réductions d’ouverture et d’autres (dont Lisle-sur-Tarn) purement et simplement fermées dans un avenir jugé plutôt proche. De source syndicale, ces arbitrages se font sans aucune concertation avec les usagers, élus et cheminots des territoires concernés. Pascale Puibasset et le groupe de Lislois présents à ce rassemblement ont défendu les intérêts Lislois en s’appuyant notamment sur l’utilité d’un service public dynamique dans une ville en pleine expansion démographique, et l’importance d’une offre ferroviaire de qualité, critère déterminant dans le choix d’installation des nouveaux arrivants, au même titre que la présence de services de santé ou encore d’un collège. « Depuis de nombreuses années, le service en gare n’a cessé de se dégrader. Aujourd’hui, nous tenons à conserver le peu qui nous reste », disait en conclusion la délégation Lisloise.